à propos

 

« O Feu, tu es le fils du ciel

par le corps de la terre »

Rig-Veda, III.25.1.

 

L’art serait-il l’occasion d’ouvrir une brèche sur l’invisible, à l’intérieur de soi, là où le silence raisonne ? Le lien entre art et spiritualité apparaît dès les origines. Depuis la nuit des temps, les hommes créent des œuvres en lien avec le sacré (sépultures, temples, peintures, sculptures, musiques, tatouages, rites…) autant de tentatives pour dompter les angoisses et les peurs face à une dimension qui les dépasse. Et pourtant aujourd’hui le sacré, le respect des rites de passage semblent inexister. La mort est taboue. La matière de plus en plus dématérialisée et les ondes omniprésentes. Quel rôle peut alors établir l’art entre sacré et ordinaire dans nos sociétés de plus en plus déphasées ?

 

Le projet Agori est une mise en matière de la vibration. La question du temps et de l’altération est au cœur de leur travail. Comment rendre compte de ce qui est partout, et change tout le temps : l’Energie. Comment saisir l’énergie et en restituer la vibration ? Quintessence de l’instant, du macrocosme au microcosme, l’énergie réside dans l’infiniment petit et l’infiniment grand. Agori bouscule les passages oubliés entre oscillations et cycles, aléatoire et harmonie ; et nous invite à regarder de plus près l’insaisissable et poser son attention sur le centre. L’impermanence, le rapport à la mort, l’infini, la dématérialisation, la transformation, le mouvement sont autant de thèmes abordés.

 

Le groupe artistique Agori, créé en 2014, rend hommage par son anonymat à une lignée spirituelle débaptisant leurs adeptes. Le parti pris de rester anonyme renvoie à notre propre impermanence, à notre condition humaine éphémère et éternelle. Réunissant scientifiques, plasticiens, navigateurs, musiciens, yogi, philosophes, ce collectif tente d’illustrer le lien entre spiritualité et art, en proposant une expérience hors champ sur les frontières du visible. Ils s’inspirent des traditions rituelles tantriques pour les détourner.

 

Si nous entendons que l’Energie est partout, elle est également en chacun de nous, à chaque instant. Pour saisir pleinement le fruit de leurs recherches, il est important d’être là. Dans l’instant. Immobile. Silencieux et ouvert à toutes ces fréquences qui nous traversent. Savoir se laisser faire sans connaître la destination. Un peu comme ce chemin de vie condamnée à la mort dès sa naissance. Par-delà le discours. Juste une sensation. Une vibration.

 

« L’harmonie est-elle une seule et même note chantée par tout le monde ? Ou est-ce une quantité de notes qui sont en accord vibratoire les unes avec les autres ? »

A.Hicks.

Les commentaires sont clos.